Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 juillet 2017

Pensée du soir

Le terme mathématique googol ou gogol en français désigne le nombre 10 100 et pourtant quand l'on sait que chez nous les gogols sont plutôt les élèves faibles en mathématiques....!!!!

mardi, 29 mars 2016

Méthodologie ou méthode

(Roman-théâtre)

 

(Dummie et Doofie, mes petites profs d'allemand, héroïnes de mon roman-théâtre, discutent ensemble dans la salle des profs.)

Dummie : Je relis notre conversation de l'autre jour sur la journaliste alternative, Doofie, et je vois que nous avons évoqué à propos des nouveaux programmes, les parents, mais nous n'avons pas développé davantage.

Doofie : Les parents veulent quelque chose de solide... de bien fixe... de bien fixé même... ils veulent savoir où l'on va.

Dummie : Il y a quelques années, j'avais une maman en cinquième, qui reprenait tous les exercices de grammaire avec sa fille, sans avoir jamais fait d'allemand elle-même, mais elle comprenait le systême de la langue. Sa fille avait fait de l'allemand en primaire. Je donnais des exercices du cahier de TD et ceux du livre à refaire en devoirs de vacances. Mais elle ne reprenait pas les textes, parce que les textes avec leur tournure idiomatique n'étaient pas accessibles à la maman.

Doofie : Chapeau pour la maman!

Dummie : Oui, elle était très courageuse. Mais je voulais dire par là, que la maman savait où elle allait dans les exercices de grammaire, mais pas au niveau du vocabulaire, car il n'était pas présenté de façon systématique dans le livre. Il aurait fallu donner des listes au parents, ce que je faisais un peu par le site internet des notes où l'on pouvait mettre des documents sur les cahiers de texte.

Doofie : Bien, mais revenons à cette idée de méthode. Je suis allée une fois dans un collège où j'avais commencé en janvier, la prof qui avait fait septembre à mi-novembre n'avait pratiquement fait que de la méthodologie, dans toutes les classes, quelque soit le niveau : comment on participe, comment on présente le cahier, comment on présente une copie, comment on travaille en classe, comment ... Je ne me souviens plus du reste, mais elle y a passé tout septembre et octobre. De mi-novembre à mi-décembre, elle avait été remplacée par un collègue de lycée qui avait fait Noël et des petits textes qu'il donnait habituellement à ses secondes, inabordables pour les 6ème et les 4ème LV2 qui n'avaient jamais fait d'allemand.

Dummie : Les pauvres élèves!

Doofie : J'ai dû tout recommencer à zéro avec les sixièmes et les 4ème LV2. Mais sans méthodologie! Mais avec méthode. J'ai utilisé quand même un peu la méthodologie de la prof qui les avait eu en début d'année : auto-évaluation de participation, etc...

Dummie : Quand j'avais les méthodes audio-visuelles, je passais environ une demi-heure en début d'année à expliquer comment on participait, à faire faire les présentations des deux cahiers : un pour le cours et l'autre pour les exercices. Mais en une heure le problème était réglé, avec en général un début de cours d'alemand durant le dernier quart d'heure pour ne pas les laisser repartir sur leur faim, mais faire cela pendant deux mois...

Doofie : Le tout était bien réglé. Quant tu passes cinq ans dans le même collège avec les mêmes manuels, tu  avances plus vite et tu as tout cela bien rodé.

Dummie : Voilà ce que nous voulons dire : les nouveaux programmes manquent de méthode. On nous dit : voilà, faites toutes les matières en allemand : la géographie, l'histoire, le développement durable, l'histoire de l'art et pourquoi pas les maths et la physique..

Doofie : J'ai eu une fois un livre de quatrième, où l'on parlait de chimistes et de physiciens et on pouvait faire élaborer des modes d'emploi et des choses comme cela par les élèves et leur faire faire des inventions théoriques.

Dummie : Oui, mais ce livre était trop ambitieux, pour l'utiliser, il aurait fallu que les élèves parlent déjà presque couramment l'allemand.

Doofie : Oui, mais pour qu'ils parlent couramment allemand, il faut de la méthode...

Dummie : En ce qui concerne la méthode, on peut faire ce qu'on faisait au début des méthodes audio-visuelles : réunir les parents et leur expliquer la nouvelle méthode, car beaucoup de parents, lorsqu'ils avaient été dans le secondaire, car ils n'étaient pas légion à l'époque à avoir été dans le secondaire et à avoir appris des langues étrangères. On réunissait les parents et on expliquait la méthode. Dans cette méthode les élèves ne faisaient pas d'écrit au début et il fallait le leur expliquer : les élèves acquéraient ainsi une bonne prononciation et ils étaient souvent surpris, lorsqu'ils découvraient l'orthographe.

Doofie : Dans Holderith, on faisait d'ailleurs des dictées avec des trous où l'on devait mettre la bonne lettre, chaque dictée portait sur un ou deux sons différents.

Dummie : Oui, les élève réussissaient bien avec cette méthode, qui était une méthode, plus qu'un manuel.

Doofie : Je me souviens que j'avais des élèves qui avec Die Deutschen parlaient allemand dans la cour et en arrivant dans les cours de mes collègues. Certaines se plaignaient de ne pas comprendre ce qu'ils disaient.. et en même temps, elles se plaignaient de moi, parce que j'avais appris aux élèves un langage secret...

Dummie : Toi, avec tes vieux grimoires, apprendre aux élèves un langage secret, ça ne m'étonne pas...

Doofie : Maintenant on a le contraire... des profs qui veulent absolument te parler allemand, comme cette collègue d'une section de SEGPA, qui parlait toujours allemand avec moi et apprenait l'allemand à ses élèves.

Dummie : Ah oui, c'est Segpie! On a déjà parlé d'elle ici.

Doofie : Bon, pour nous la méthode ce serait ...

Dummie : Faire un livre où l'on apprend tout par a + b. Par exemple, avec des moyens modernes, vidéos, ordinateurs, etc... mais écrire sur des cahiers et apprendre a aussi du bon, cela a bien marché avec nous.

Doofie : Oui,... on pourrait présenter les mots de base : et pas les mots qui ressemblent au français comme le font certaines profs : première leçon, la maison... la pièce...avec "Das ist.."  deuxième leçon le matériel de classe de base  avec "Das ist... ou Hier ist... Da ist..;", avec des phrases couramment dites par le professeur, mais pas trop compliquées... Troisième leçon les expressions de politesse : Bonjour, au revoir, merci, etc... ensuite la famille... et en même temps, on introduit à chaque fois une forme grammaticale de base avec "das ist..." Ich sehe", etc...

Dummie : Oui, et ensuite on complique de plus en plus tout en continuant l'exploration du vocabulaire d'une façon thématique, on commence par l'environnement immédiat... le corps humain pour dire où on  a mal, la toilette (quand on va en Allemagne, il faut savoir s'acheter du shampoing ou une brosse à dents si on les a oublié.. ), la chambre, et pas seulement les CD qui traînent à terre (dans les méthodes actuelles on présente une chambre de jeune mal rangée et on met l'accent sur ses loisirs, sans savoir comment on nomme le mobilier, comment on dit le placard ou la penderie, il faut savoir  comment on dit l'oreiller, la couette (l'occasion de dire qu'en Allemagne le lit a toujours une couette), nous on a appris tout cela quand on était débutant, alors que maintenant on apprend généralement les meubles ou les magasins en deuxième année, alors que tout ce qui est la base devrait être fait en première année.

Doofie : Puis, après avoir fait l'extérieur de la maison et le jardin en vocabulaire bien sûr, ce qui permet d'apprendre ce qui plait aux enfants, les noms des animaux domestique et la niche du chien, le nom des insectes, des oiseaux et aussi ceux des fleurs, et des arbres de jardin. Après en faisant l'extérieur on fait la ville et en même temps les loisirs extérieurs : aller au théâtre, au cinéma, à la piscine, faire du sport au stade, etc.. Puis tu fais la campagne avec les animaux et les arbres de la campagne, les vacances, avec la mer et la montagne et les activités de mer et de montagne, la forêt et ses arbres, et là, tu peux commencer à faire un peu l'écologie et le développement durable.. et la géographie est déjà incluse dedans quand tu apprends comment on dit une colline, une montagne, etc..

Dummie : Pour l'histoire de l'art, tu peux commencer à montrer des portraits de Dürer, de Lucas Cranach der Ältere (la très aimée princesse de Clèves qui couvrait les murs et les colones Morris (Liftfasssaülen) de Weimar à l'époque de la RDA)..., les portraits plus modernes, en étudiant les différentes parties du visage, sans faire de phrases compliquées encore...

Doofie : En faisant la montagne, la mer, la campagne, tu peux faire les peintres paysagistes comme Carspar David Friedrich et Gabriele Munter..

Dummie : Oui, en fait, on peut faire beaucoup de choses et inclure le programme dans notre méthode. Mais le faire avec méthode, après au bout de trois ou quatre ans, si la méthode a été bien menée, les élèves peuvent commencer à parler et à écrire plus librement et on peut alors envisager des thèmes plus compliqués.

..../.....

Pour Doofie et Dummie

 

domino

 

dimanche, 27 mars 2016

Des programmes ..

(Roman-théâtre)

(Doofie et Dummie ont assisté à un stage sur les nouveaux programmes d'allemand, voilà qu'elles en discutent)

Dummie : Tu crois que quelque chose a changé...

Doofie : Oui, regarde, on va pouvoir utiliser nos autres compétences et faire d'autres matières en allemand..

Dummie : On l'a plus ou moins toujours fait... Littérature, civilisation...

Doofie :Qui en fait est de l'histoire...

Dummie : Oui, c'est de l'histoire, imagine un peu...Que nous qui étions jeunes dans les années 60, on considérait la seconde guerre mondiale comme de l'histoire, la civilisation en tant que matière commençait après la guerre, ou même après notre naissance...

Doofie : Ce qui veut dire que, un élève actuellement âgé de 18 ans est né en 1997, il n'a pas vécu le rideau de fer, la division de l'Europe, la partage de Berlin, les missiles massés sur la frontière inter-allemande, ni même la réunification et les années qui ont suivis...

Dummie : Les élèves de 12 ans qui sont nés en 2003 n'ont même pas vécu le franc et le D-Mark.... Ils ont toujours compté en Euros.

Doofie : Mais nous on est déjà passé aux Euros, je calcule tout en Euros et plus rien en francs. Je ne fais plus de comparaisins avec les francs, et si j'en faisais je trouverais que nous dépensons des sommes astronomiques.

Dummie : Bon passons... on fera aussi de la géographie de l'histoire de l'art, de l'histoire de la musique, du développement durable...

Doofie : C'est bien beau tout cela, mais ils vont dire tout cela en allemand et quand est-ce qu'ils vont apprendre à acheter des tickets de bus ou à demander de la nourriture en allemand????

Dummie : C'est le grand problème on tombe sur des élèves qui savent dire des choses très compliquées et ne connaissent pas le vocabulaire de base, par exemple cet étudiant d'agrégation qui dans un cours devait traduire un texte sur un marché et ne savait pas comment on disait une guêpe en allemand.

Doofie : Eine Wespe, une keine Biene...

Dummie : Pour reternir c'est pourtant facile, il suffit de penser à la Vespa qui fait du bruit comme une guêpe. D'ailleurs pour ma mère, dès qu'elle voyait passer une moblylette, une moto, ou une vespa, elle disait "Ah Vlà les guêptes! Peut-être que le nom de la marque Vespa vient de Wespe.

Doofie : C'est pourquoi, moi, je ferais des méthodes beaucoup plus pratiques, bien qu'on me prête un caractère éhéré, à côté de toi, Dummie qui a les pieds sur terre.

Dummie : Oui, toi et tes vieux grimoires

Doofie : Mes i-grimoires, Dummie, mes archives sont électroniques...

Dummie : Oui, bon, revenons à nos moutons, nous ferions des méthodes beaucoup plus pratiques...

Doofie : Tiens, tu me fais penser à quelque chose, avec les grimoires, hier je suis descendue à la cave et une boîte me barrait le chemin... en revenant du garage, j'ai regardé la boite, elle était tout poussiéreuse et contenait de vieux classeurs à élastique. Je suis redescendue ouvrir la porte du garage à Schnelly qui rentrait ses courses, j'ai buté dans la boîte en passant dans la cave, car j'avais beau allumer la lumière, toutes les lampes restaient éteintes. J'ai dit à Schnelly "Tu devrais faire attention de ne pas mettre de boîtes dans le passage..." "Ce sont tes rames de papier que j'ai posé là, a-t-il dit... Ah! Bizarre, j'avais vu des vieux classeurs tout à l'heure. Je suis allée mettre le terreau qu'il a amené sur mes potées pour que les bulbes ne soient pas à l'air et quand je suis repassée par la cave, primo, les lumières s'allumaient, secundo, il y avait du papier neuf à la place des vieux classeurs... et je me demande toujours ce qu'il y avait dans ces vieux classeurs, ils étaient à moi ou bien à Schnelly?

Dummie : Il a dû poser une rame de papier sur les vieux classeurs pendant que tu mettais du terreau sur les fleurs, pour que tu  ne pense pas qu'il a menti en disant que c'était les nouvelles rames de papier. Mais revenons à nos moutons... Je pense qu'en langue au moins au début, il faudrait utiliser des méthodes, plutôt que  d'aller à travers tout..

Doofie : Très exactement, en tant que musiciennes, nous avons appris la guitare avec des méthodes, sans méthodes, en instrument de musique, point de salut...

Dummie : Oui, il faut procéder avec méthode.... Quand j'étais élève en 4ème LV2, on avait un vieux livre qui s'appelait "Deutschland". Je ne le trouve d'ailleurs plus, il était dans un placard en haut et a disparu..

Doofie : On n'avait pas trop d'imagination pour les titres de manuels à l'époque...

Dummie : Mais ils étaient efficaces... La preuve, on est devenue toutes les deux profs d'allemand...

Doofie : C'était très simple : Il y avait environ 80 leçons, que étaient toutes présentées de la même façon : A gauche un texte qui contenant le vocabulaire à apprendre et des phrases utilisant le nouveau point de grammaire. A droite la page était divisée en trois... : en haut le vocabulaire avec les articles et les pluriels et les temps des verbes forts, au milieu des exercices de grammaire qui utilisaient le nouveau vocabulaire et en bas un résumé de grammaire sur le nouveau point ou la nouvelle règle à acquérir. Il y avait une règle de grammaire par leçon avec les exercices.

Dummie : La méthode audio-visuelle Die Deutschen était à peu près la même chose mis à part,que le nouveau vocabulaire n'était pas écrit et on travailait avec des images sur un écran et des enregistrements pour les exercices.

Doofie : Oui, ce n'était pas la même chose, mais ceux qui avaient une mémoire auditive, retenaient facilement les textes.

Dummie : Il fallait éviter le psittacisme, c'est à dire que les élèves soient des perroquets qui imitent les phrases...

Doofie : Ich bin der Papagei, ich bin der Papagei...

Dummie : Cette leçon là leur plaisait beaucoup... et aussi : Es schlägt zwölf. Eins, zwei, drei... Es ist Mitternacht. ..

Doofie : Et aussi : Dieter, Dieter, ich sehe zwei Damen...

Dummie : Ah oui, et quand je suis montée sur la table pour faire semblant d'accrocher une lampe au plafond...

Doofie : Et Dieter qui réparait la radio d'Urusla en tapant dessus... et ça marchait...

Dummie : Tiens si ça pouvait réparer mon gros ordinateur qui est tombé en panne en juillet avec toutes mes données...

Doofie : Tu as essayé...?

Dummie : Non, ça ne marcherait pas...

......................

Doofie  Et il y avait aussi Rolf et Gisela...

Dummie : Le père était un fumeur, on cherchait sa pipe pendant toute la première leçon...

Doofie : Cela n'est plus autorisé, une chose pareille...

Dummie : Oui, c'était le bon temps, lors d'un échange scolaire, un allemand est venu dans ma classe, par miracle, j'avais cette année-là une bonne classe de LV2, les 4ème 1 et le collègue allemand a cru qu'ils faisaient de l'allemand depuis longtemps et il a été étonné quand il a sur qu'ils n'avaient que six mois d'allemand, ils faisaient la Nacherzählung et il avait trouvé qu'ils parlaient couramment.

Doofie : Ils parlaient couramment avec le vocabulaire de leur niveau d'appenrtissage de l'allemand.

(Elles boivent du thé..)

.........................................

Dummie : Tu veux un petit oeuf de Pâques avec ton thé..?

Doofie : Volontiers... Joyeuses Pâques Dummie...

Dummie : Joyeuses Pâques, Doofie...

(Elles mangent chacune un oeuf en chocolat..)

Dummie : Bon, revenons-en à nos méthodes... Les manuels actuels sont très disparates et surtout les parents ne s'y retrouvent pas...

Doofie : Oui, dans mon livre d'allemand, on avait d'abord une leçon où l'on disait "das ist... " et on nommait tous les coins de la salle de classe en les montrant... Das ist die Tafel... Das ist die Decke.. Das ist das Fenster... Das ist die Tür... Ensuite on explorait dans chaque leçon un domaine différent de la vie quotidienne : les habits, les parties du corps, la vaisselle, les repas.. les animaux... les pièces en la maison... les magasins..; ensuite on passait aux champs, à la ville, à la géographie avec la montagne, les saisons, la mer... et toutes les cinq ou six leçons, il y avait un poème de la littérature allemande ou une chanson traditionnelle, c'est ainsi que j'ai appris cette année là Stille Nacht, O Tannenbaum, et Alle Vögel sind schon da... des poèmes je me souviens de "Mit dem Pfeil, dem Bogen, durch Gebirg und Tal, kommt der Schütze gezogen, früh am Morgenstrahl".

Dummie : Et en troisième, on avait appris la Lorelei.

Doofie : Les poèmes étaient écrits en lettres gothiques, mais cela ne posait pas de problème pour les lire.

Dummie : Enfin, nous on est devenue professeure d'allemand et on trouve que cette méthode qui consistait à explorer tous les champs sémantiques de base, liée à un apprentissage systématique de la grammaire était très bien... et nous n'avons jamais eu de lacune de vocabulaire de base.

Doofie : On devait apprendre le vocabulaire de la leçon tous les jours et on interrogeait soit par écrit, soit oralement. Et on avait une note. On devait refaire tous les exercices de la page de droite par écrit et la prof ramassait la moitié de la calasse (on était 40), sans prévenir laquelle. Et on avait une note.

Dummie : Oui, on avait beaucoup de notes, mais c'était bien... on apprenait bien.

Doofie : Oui, il faudrait revenir à de telles méthodes au moins pour les deux premières années, et on aurait de bien meilleurs résultats.

(Doofie et Dummie reprennent une gorgée de thé...)

_____________________

Pour Doofie et Dummie...

domino

mercredi, 09 mars 2016

Silo à grains (2)

Roman-théâtre

Suite de la conversatiion de ce midi

 

Dummie : Regarde un peu cette photo. Il y a des murs atrour du tas d'ensilage. Comment des petits sixième ont-ils fait pour aller toucher le grain aussi haut.

Doofie :  Ils ont dû monter sur les murs.

Dummie : Monter sur les murS?Mais on ne leur avait pas interdit? Si j'avais vu un seul élève faire mine de grimper là-haut, j'aurais crié si fort, qu'il n'aurait pas osé avancer d'un pas de plus..

Doofie : Comment veux-tu que ce soit un hasard ou que le tas se soit écroulé hors de ces murs? Il aurait déjà fallu faire bouger le tas. Je pense qu'un élève a dû grimer au mur pour toucher la matière, et faire tomber une partie du tas sur les autres, ou bien il est tombé dedans et les deux autres aussi???

Dummie : Au début à la radio ils avaient dit que des élèves étaient tombés dans une cuve à grains, ensuite ils ont rectifié et dit que c'était un tas d'ensilage qui s'était effondré. Il y a eu deux informations contradictoire.

Doofie : D'ailleurs quand ils ont donné la première information, j'ai raconté l'histoire qu'on nous avait raconté dans une papeterie en Alsace pour que l'on fasse attenition en traversant une passerelle qui dominait une cuve à papier. J'avais cinq ans et on nous a dit qu'un ouvrier était tombé dedans, mais je vous passe les détails. Je m"en souviens encore comme si c'était hier.

Dummie : On nous cache peut-être quelque chose.

Doofie : A mon avis des élèves désobéissant ont dû monter sur les murs, car ils ne sont pas assez grands en sicxème pour toucher le grain coimme cela.

Dummie : Même un adulte n'arriverait pas à le toucher en restant sur le sol.

Doofie : J'ai l'impression qu'on a voulu dégager la responsabilité des enseignants en disant que le tas s'est effondré, mais les enfants ont dû monter sur le mur sans que les professeurs n'interviennent parce que ceux-ci n'ont pas vu le danger, mais nous on voit du danger partout et de toutes façons ont aurait interdit que l'on monte sur les murs.

Dummie : Ils ont dit que les jeunes passaient à côté du silo quand cela s'est produit. Ils ont touché le grain, mais après ils ne l'ont plus touché, parce qu'ils sont seulement passés à côté par hasard. C'est sûrement le pas de leur poids sur le sol qui a déstabilisé l'ensemble, alors que sur l'image on voit des pompiers bien plus lourds qu'eux qui déambulent à côté du tas sans le faire tomber.

Doofie : Et les gens dans la rue de Bêtie n'en parlent pas?

Dummie : Les gens dans la rue? Elle m'a dit qu'avec le temps qu'il fait, il n'y a personne dans la rue.....

Doofie : En fait, ils ont voulu dégager la responsabilité des enseignants. On a dit aux médias, ils ne sont pas tombés dedans, sinon on dira qu'ils étaient montés dessus... alors les médias vous direz que le tas s'est écroulé, on ne sait pas pourquoi.. moi, je pense ça, ce n'est peut-être pas cela, mais je pense cela...

Dummie : En tout cas voici le lien sur la photo, c'est domino qui m'a demandé de la mettre. ... J'avais trouvé la photo sur 30 secondes et on a fait partir la photo et on l'a changée pendant que j'essayais de capturer l'URL en bloquant carrément mon ordinateur..

Doofie : C'est comme d'habitude, il y a des cookies espions....

Dummie : Oui, nous sommes le peuple et dans cet Etat, on musèle le peuple pour l'empêcher de dire ce qu'il pense.

Doofie : Si on fait un roman-théâtre c'est parce que lorsqu'elle parle on empêche domino de parler, on lui coupe la parole quand elle dit son avis. Et nous, c'est pareil si on est avec nos maris, ils nous coupent toujours la parole. On musèle le peuple dans ce pays et les femmes qui disent leur avis. Il n'y a que la parole officielle qui compte.

Dummiie : Après la dictature de droite de l'empereur Entreboues, la dictature du prolétariat, voici la dictature des médias officiels.

Doofie : En plus, même nos mini-ordinateurs, nos tablettes, nos smartphones sont muselés, les dirigeants y mettent des cookies espions pour vous empêcher de dire ce que vous pensez.

.... Ouf... je l'ai retrouvée, dans Glouglou Photos...

Lien sur la photo

 

Pour Doofie, Dummie, Bêtie... mes personnages de roman-théâtre

____________________

 

domino

 

 

 

 

vendredi, 27 février 2015

Année prochaine : plus (prononcez plu) de profs dans le Nord!

Roman-théâtre

Doofie : Ah et bien, ça alors, tu sais ce que je viens d'apprendre : Bêtie, Gwupie et toutes leurs collègues et tous leurs collègues sont mutés dans l'académie de Grenoble l'année prochaine!

Dummie : Dans l'académie de Grenoble, ce n'est pas là que tu te trouves, Sottie?

Doofie (entre deux...) Oui, mais elles n'avaeint pas demandé leur mutation...

Sottie : Euh... Je suis dans une académie montagneuse, c'est sûr, mais on s'y fait, tu sais, j'ai appris à skier, à faire mes déplacements en raquettes, en luge et en tout ce qui glisse, tous les jours, on traverse même un étang en patins à glace, et on est obligé de trainer ma stagiaire Sweetite sur un traineau, sinon, on n'arrivait pas à l'heure.

Doofie : En plus,ils ont changé le nom de Bêtie et son prénom, elle s'appelle Hélène maintenant. Elle n'en demandait pas tant  : Hélène, la plus belle femme du monde grec.

Dummie : Ah! Ils lui ont changé son prénom, c'est vrai que Bêtie, ce n'est pas terrible..

Doofie : Oui, Gwupie, c'est mieux...  Et qu'en dit Rapidy...

Dummie : Oh! Tu sais, Rapidy est retraité... Et il aime bien la montagne, alors finalement, passer un an là-bas..

Doofie Un an? Mais ça peut s'éterniser...

Dummie : Oh! Bêtie prend sa retraite en septembre 2016... Elle n'est même pas obligée de revendre sa maison, elle reviendra dedans après, c'est la même chose pour Gwupie, elles sont aussi vieilles que nous toutes les deux..

Doofie: Oui,mais il y a un hic! Bêtie m'a rappelée,elle vient de lire le journal... 30 000 profs de l'académie s'appellent Hélène, et on ne sait même pas quelle matière enseigen Hélène. Alors, 30 000 profs vont sur le poste d'Hélène.En fait, il parait que c'est l'ensemble de l'académie qui est muté.

Dummie Tous à Grenoble...

Doofie : A gGenoble et à Toulouse, certains sont mutés dans deux académies en même temps et ont deux nouveaux noms et prénoms.

Dummie : Beaucoup ont cru qu'ils étaient vraiment mutés. Ils commençaient déjà leurs préparatifs tout en râlant au rectorat. Les syndicats ont été prévenus même la déléguée régionale du SNES avait été mutée. Et en plus on se demande comment deux académies qui jadis étaient très difficiles à obtenir, accueillent d'un seul coup autant de monde en vidant notre Nord-Pas-de-Calais où il ne restera comme profs deux pelés et trois tondus.

Sottie C'est bien ce que disait toujours le Schnelly de Doofie : si cela continue comme cela,les parents pourront bientôt faire  eux-mêmes à leurs enfants.

Doofie : Oui, mais le Nord, c'est l'endroit le plus dur pour enseigner, c'est peut-être là que tous les jeunes ceritifiés et agrégés vont être nmmés pour faire leus premièes armes, si les autes profs prennent tous les postes des académies de Grenoble et de Toulouse.

Dummie (à Sottie) : Mais il y a autant de place que cela sur Grenoble?

Sottie : J'ai dit à nos lecteurs (et futurs spectateurs) que j'étais dans une académie montagneuse,pas forcément celle de Grenoble...

Doofie : Et comment Bêtie va faire dans  les montagnes... Elle ne sait presque plus marcher... Elle va devoir trouver une bonne  âme pour tirer son traîneau.

Foolie : Elle va élever des chiens de traîneau et des huskies...

Blödie : Humm! J'adoe les huskies..

............/.....................

Bref, laissons là nos amies deviser. Aux dernières nouvelles, le fait que tous les profs du secondaire de l'académie de Lille soient mutés à Grenoble eét à Toulouse seraient une erreur informatique.

Certains prétendent que pour la réforme des régions ,la Picardie aurait refusé de s'allier au Nord-Pas-de-Calais et que Rhône-Alpes et Midi-Pyrénnées auraient accepté,malgré la distance qui les sépare, de s'allier aux Nordistes.

........................

Pour Dummie, Doofie, Bêtie et Cie..

Dominique

 

jeudi, 20 novembre 2014

Les meilleures notes d'agrégation d'une bi-admissible

 

Mes meilleures notes d'agrégation d'allemand

 

Si je rassemble mes meilleures notes obtenues des années différentes, je pourrais être agrégée...

 

Agrégation interne

/20

année

Ecrit dissertation

15,25

2012

Ecrit traduction

12/20

2005

Oral universitaire

11/20

2003

Oral didactique

7,75/20

2012

 

 

 

Agrégation externe écrit

 

 

Dissertation allemande

4,5/20

1991

Thème écrit

12/20

2011

Version écrite

14/20

2011

Dissertation française

5/20

Dans les années 1990

 

 

 

Agrégation externe oral

 

 

Explication de textes en allemand

1/20

2011 et 2012

2011 (tronc commun)

2012 (option littérature)

Version orale + grammaire

9,75/20

2011 ou  2012

Thème oral + agir

12/20

2012

Thème oral :

12/20 (9/15)

2012

Agir

14/20 (3,5/5)

2011

Leçon en français (civilisation du tronc commun)

2/20

2012

Leçon en français (linguistique)

4,5 /20

2011

 

Bon, peut-être que je n'aurais pas réussi l'oral de l'externe, si on additionnait mes meilleures notes, mais j'aurais réussi l'interne quand même...Malheureusement, toutes ces notes ont été obtenues des années différentes et je me retrouve avec 5 admissibilités et aucune admission..

 

Et plus d'espoir de l'avoir, car prenant ma retraite dans un an et 10 mois, je suis considérée comme ayant dépassé la « limite d'âge » (notion très floue, car il n'y a pas de limite d'âge, mais il y en a une quand même) avant la fin du stage d'agrégée. Je resterai donc titulaire d'un beau CAPES des années 70, et d'un bi-admissibilité à l'agrégation, certifiée bi-admissible à l'agrégation. Hurrah!

domino

 

 Sujets de ces notes :

agrégation interne

dissertation : Empire austro-hongrois

traduction 2005 : il y avait une version de Jelinek

oral expl texte: Discours de Bismarck

didactique : Intégration des turcs en Allemagne

 

Agrégation externe

dissertation allemande : Poèmes de Brecht

dissertation française : Théâtre moderne (je ne me souviens plus de l'auteur)

explications de textes  tronc commun : Un discours, période 1945/90

explication de textes option littérature : Im Kreise gelaufen (Peter Weiss)

grammaire : 1) La linéarisation de l'énoncé

                  2) L'expression du temps.

leçon en français linguistique : ... L'énoncé ???

leçon en français tronc commun civilisation : Les tchèques dans l'empire austro-hongois : Un sujet de prédilection où j'ai eu 1/20! Na shledanou!

domino

 Le jury  d'extere : Elle ne comprenait pas ce que l'on disait, ele fronçait les sourcils. Mais non! elle comprenait tout, mais elle fronçait les sourcils parce qu'elle préparait sa réponse...