Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 novembre 2018

Drôles d'avions

Roman-théâtre

Hier Doofie revient de chez sa copine Dummie à pieds, déjà sur la seuil de la maison de Dummie, elle a l'attention attirée par un avion. Il a un clignotant blanc et un clignotant rouge, ce qui est normal. Il parait que les avions ont aussi des clignotants verts, mais Doofie ne les voit jamais, elle voit toujours le rouge et le blanc, pourtant, elle n'est pas daltonienne… 

L'avion va de droite à gauche (c'est à dire du Sud-Ouest au Nord-Est, mais soudain, il change de direction et va dans l'autre sens, tout droit par rapport à la première direction, puis il fait un angle obtu direct et s'en va vers le plein Ouest et passe au dessus de la maison de Dummie, tout doucement, presque trop doucement pour un avion qui semble voler à assez basse altitude, puisque l'on voit ses deux feux distinctement, mais on n'entend qu'à peine le moteur en décalé vers l'arrière comme pour les avions à réaction.

Ce soir, re-belote. En revenant de chez Dummie qu'elle n'a saluée que quelques minutes, elle aperçoit en arrivant chez elle, au moment où elle se tourne sur le côté pour déposer son sac à provision, un avion derrière la cheminée de Dummie, enfin sur la gauche de la cheminée, mais dans le ciel derrière celle-ci, l'avion à deux feux blancs, un à l'avant et un à l'arrière. Il semble stationnaire, c'est bizarre, se dit Doofie, il ne bouge pas, puis au moment où elle se dit cela, il se met en route, sans bruit, passe derrière la cheminée, réapparait un court instant de l'autre côté de celle-ci avant de disparaître derrière la maison de Dummie. 

Bizarre, dit-elle en entrant, à Schnelly… C'est sûrement l'ISS, dit Schnelly. Oui, ça pourrait l'être, direction Sud-Nord, alors que l'ISS devrait aller Sud-Ouest Nord-Est ou Nord-Ouest-Sud-Est selon sa position. Après vérification sur son ordinateur, Doofie voit que l'on ne pourra voir l'ISS que vers 5 heures du matin, pour le moment, la station est trop décalée vers l'Est pour qu'on la voit, elle passe au-dessus de la Sibérie et pas de l'Europe. Donc, ce n'est pas l'ISS. 

Alors, qu'est-ce? A certains moment, il y a beaucoup d'avions en altitude qui laissent derrière eux de petites traînées blanches, on ne les entend pas, ils volent presque toujours deux pas deux en parallèle, et parfois, il sont croisés à angle droit par une autre traînée blanche. Ils arrivent toujours en nombre, à certaines heures seulement, car il peut y en avoir ainsi une dizaine qui font une espèce de ballet dans le ciel, ceux qui vont d'Est en Ouest, passant plus près que ceux qui vont  d'Ouest en Est. Ces passages durent environ une demi-heure puis le ciel se débarrasse peu à peu de ces traînées blanches et on ne voit plus d'avions pendant plusieurs heures. Et parfois, on n'en voit plus pendant plusieurs jours quand le ciel est bleu, Bien sûr, quand il y a des nuages et cette pluie froide de novembre, on ne voit rien. Il n'y en avait  pas pendant la canicule qui a duré de mai à septembre. Doofie et Dummie trouvent cela bizarre. 

Pour Doofie et Dummie

Dominique

samedi, 10 novembre 2018

Des disparitions d'habits

Roman-théâtre

En ce moment, ce sont les habits de Doofie, une retraitée de l'enseignement, qui disparaissent. En particulier les vêtements neufs qu'elle vient de s'acheter, et au prix de multiples recherches, ils ne sont pas retrouvés. Si elle en fait part à son époux Schnelly, cela devient la source d'interminables disputes. Ce n'est pas lui qui les a pris, clame-t-il...

Bon, aujourd'hui, Doofie s'est aperçue au moment d'aller dormir que les manches de son haut de pyjama étaient mouillées, car elle s'est lavé les cheveux ce matin et n'a pas fait attention à ses manches… Elle a voulu enfiler le pyjama neuf qui va forcément, puisqu'il est de taille 58 (une taille très difficile à trouver), mais impossible de le retrouver, il était encore dans son emballage de VPC, avec une ou deux autres choses qu'elle avait mis en attente avant de les utiliser. 

Cette semaine, ce sont aussi deux SG en pur coton qui ont disparu, la seule matière que Doofie supporte à même la peau. 

Il y a environ un mois un T-Shirt blanc avec un empiècement en dentelle et un gilet gris ont disparu : pas retrouvés...

Et c'est presque un jour sur trois, qu'un vêtement qui lui tient à cœur disparaît. La plupart du temps encore neuf ou ayant l'aspect du neuf. Cette situation devient intenable, car Doofie est toujours sur le qui-vive et doit dissimuler ses vêtements neufs pour qu'il ne disparaissent pas. 

Personne d'autre que Doofie et Schnelly ne fait le ménage chez eux ou range leurs affaires, donc, il doit choisir d'un voleur extérieur. Doofie essaie de le prendre sur le fait, mais ele n'y arraive pas. Quelqu'un qui vient le matin, quand par hasard, elle prolonge sa nuit jusqu'à 8 h 30 ou 9 h. Plus moyen de faire la grasse matinée quand Schnelly est en bas, dans la cuisine pas loin de la porte d'entrée. 

Serait-il complice d'une voleuse? Ou bien transforme-t-il les sachets dans lesquels Doofie a laissé quelques vêtements en sacs poubelles? 

Pour Doofie

domino

 

 

 

 

 

 

samedi, 20 octobre 2018

Erreur d'adressage

Roman-théâtre

(Une erreur d'adressage, cela peut mener loin, surtout si c'est une bonne petite dame honnête qui reçoit une lettre d'un huissier de justice recouvrant de l'argent et qui ne lui est pas destinée…)

Dummie : Quelle tête tu dais Doofie...

Doofie : Regarde ce que j'ai trouvé dans la boîte, une lettre d'un huissier de justice, c'est écrit en grand dessus. Il me demande 380 Euros qui sont réclamés par une assurance qui n'a jamais été la mienne. 

Dummie : Mais regarde, Doofiie, ce n'est pas ton nom qui est sur l'enveloppe, ni celui de Schnelly… c'est celui d'un certain Jérémy Dye.. ,Tu as déjà reçu du courrier pour cet individu, tu ne m'avais pas dit qu'il habitait 251 rue des Prairies? 

Doofie : C'est ce qu'avait trouvé Schnelly.  Quand on rend au facteur une lettre qui n'est pas pour nous, si l'expéditeur n'est pas marqué, elle retourne aux rebuts de la poste. Alors, j'avais dit à Schnelly, cherche où il habite, une dame lui avait dit qu'il il habite au 251 de la rue des Prairies. 

Dummie : Et là c'est écrit 251 rue des mésanges. 

Doofie : La rue des mésanges passe devant notre résidence, nous habitons 251 résidence des mésanges, ce ne sont pas les mêmes adresses. Et la rue des mésanges n'a pas de maison entre le 205 et le 275, car elle est interrompue par la résidence. 

Dummie : Le danger, comme la rue des mésanges n'a pas ton numéro, c'est que cet huissier pense que ce Jérémy Dye habite à ton adresse et que s'il n' paie pas, il mette les scellés sur ta maison, et que dans ce cas, tu doives sortir et tu te retrouves avec Schnelly sans abri à cause de ce personnage qui a donné une fausse adresse. 

Doofie : Oui, il a écrit "rue des mésanges" à la place de "rue des prairies", comme ça si il doit de l'argent, on ne le trouve pas, puisque le 251 rue des mésanges n'existe pas. Cependant j'habite au 251 résidence des mésanges et c'est là que c'est embêtant, parce que effectivement, si cet huissier pense que nous sommes Jérémy Dye, il risque de nous mettre à la porte de notre maison, et nous y perdrions toutes nos affaires. 

Dummie : Qu'en pense Schnelly?

Doofie : Je ne lui ai rien dit, car Schnelly rendrait la lettre au facteur, ce qui ne serait pas une solution. Il n'y a pas d'expéditeur à extérieur de l'enveloppe, donc la lettre irait aux rebuts de la poste et l'huissier continuerait à essayer de recouvrer sa somme. 

Dummie : Que vas-tu faire alors?

Doofie : J'ai essayé de téléphoner, au numéro qui est sur la lettre, mais c'est samedi et c'est fermé. Alors; j'ai cherché le site de recouvrement "huissiers.com", mais c'est noté par beaucoup d'internautes comme un site d'arnaque. J'ai cherché le site de l'huissier, en fait il sont quatre, et j'ai écrit un e-mail assez sec, leur indiquant que s'ils m'envoient encore par courrier de telles lettres, j'allais déposer plainte contre eux et contre Jérémy Dye. 

Dummie : C'est vrai que s'il habite réellement 251 rue des Prairies, il aurait pu signaler sa véritable adresse à son assurance depuis longtemps. 

Doofie : D'autant plus que son assurance doit assurer la maison inexistante du 21 rue des Mésanges.

Dummie : Et si l'assureur voyant que la maison du 251 rue des mésanges n'existe pas, il va croire que c'est la tienne qu'il assure et dans ce cas tu seras assurée doublement, puisqu'une autre assurance assure ta maison.

Doofie : Oui, mais s'il arrive quelque chose, j'écrirais à mon assurance et pas à celle de Jérémy Dye. 

Dummie : C'est sûr, nous ne sommes pas aussi malhonnêtes que cet homme qui donne à son assurance une adresse qui n'existe pas. 

Doofie : Oui, mais à ce moment-là, sa maison n'est pas assurée, puisque celle qu'il a assuré est celle de l'adresse déclarée et elle n'existe pas...

Dummie ; Oui, mais c'est peut-être sa voiture qui est assurée là… 

Doofie : Je n'en sais rien, tout ce que je sais, c'est que s'il existe vraiment et que les lettres que l'on reçoit ne sont pas des menaces de mort déguisées (Jérémy = jérémiade et to die (dye) ) = mourir), alors, il faudrait absolument qu'il change son adresse, et qu'il rétablisse sa véritable adresse auprès de son assureur, pour que les autres ne soient pas embêtés avec ses dettes. 

Dummie : Je ne comprends pas pourquoi il ne paie pas par prélèvement automatique, généralement si tu mensualises tes assurances, elles sont payées directement par ta banque, sans que tu n'aies rien à faire. 

Doofie : Cela fait plus de trente ans que je fais tout en prélèvement automatique, comme cela je ne dois m'occuper de rien. 

Dummie : Moi aussi. 

Doofie : Alors, cet homme qui doit être un jeune, ne sait même pas que les prélèvements automatiques existent...

Dummie : S'il existe lui-même et que ce n'est pas une mauvaise farce. 

Doofie : J'ai aussi préparé une lettre pour l'huissier car je ne sais pas si le mail suffit. Mais il est hors de question de payer les dettes de ce Jérémy. 

Dummie :Pour éviter d'avoir les scellés tu devrais quand même envoyer le chèque en signalant que tu n'est pas la personne endettée, s'ils sont honnêtes, ils te renverront ton chèque. 

Doofie : S'ils sont honnêtes, mais un huissier qui s'appelle Mixte, cela me semble bizarre, c'est peut-être aussi un arnaqueur, et que ce site, répertorié sur Gogol est aussi un site d'arnaque comme le huissiers.com. 

Dummie : Alors, n'essaie pas, si c'est un arnaqueur, il continuera à envoyer des lettres à ton adresse et ce n'est pas 300 Euros que tu débourseras, mais s'il t'envoie dix lettre de soi-disant créanciers différents de ce Jérémy Dye 3000 Euros!!! En plus, il aurait tes coordonnées bancaires et pourrait t'arnaquer directement sur ton compte.

Doofie : Oui, c'est très compliqué cette histoire, parlons d'autres choses, en plus, c'est le Week-end, je n'arrive pas à avoir cette étude. 

…./….

Pour Dummie et Doofie, surtout pour Doofie

domino

 

(En plus, si Axa Assurances, oblige les gens qui sont assurés ailleurs à leur payer des deniers et les oblige à quitter leur assureur, toutes les autres assurances, mêmes les mutuelles assurances vont chuter, et vous savez bien que les professeurs du public sont attachés à leurs prérogatives, leurs privilèges, leurs avantages et ont l'esprit solidaire).

mardi, 09 octobre 2018

L'esclavage en France : pas forcément des employeurs privés... pas forcément illégal

Du journal de Doofie

Je viens de visionner quelques vidéos sur l'esclavage en France. Des africains la plupart du temps, exploités par des employeurs privés, PME ou travailleuses au domicile de leurs patrons. Mais l'employeur n'est pas toujours illégal. Il peut être un organisme comme l'éducation nationale. Que dire des proviseurs qui trouvent que vous n'en faites pas assez, lorsque vous travaillez le dimanche et une grande partie de vos nuits… Que dire des rectorats qui envoient leur TZR travailler dans plusieurs établissements situés à 80 km du domicile du professeur et parfois à 60 km l'un de l'autre. Avec des départs en train à 4 heures du matin, des trajets inter-établissement entre midi qui peuvent parfois atteindre jusqu'à 60 km. Des trajets longs pour parfois une heure de cours dans la journée de préférence en milieu de journée pour que la journée soit complètement employée. Départ à 10 heures du matin en train pour un cours à 13 h 30 et retour vers 17/18 heures après une fin de cours à 14 h 30.... Et pas moyen de faire changer cette heure, on vous disait que vous remplaciez un professeur fatigué qui avait demandé à avoir le minimum d'heures dans la journée (mais qui souvent habitait tout près). Avec des attentes de bus ou de train en correspondance pour les petits bleds. Sans compter les retours tardifs de conseils de classe où l'on rentrait à 22 heures chez soi. Et alors, on préparait les cours dans le train quand il y avait de la place, on corrigeait ses copies dans les gares, et on travaillait encore une partie de la nuit, ne dormant parfois que deux heures avec heureusement les petites vacances pour récupérer entre deux. 

Et ceci, ce ne sont pas des jeunes qui le font forcément, en attendant le premier poste fixe, mais je parle d'une TZR qui avait à l'époque plus de 60 ans et essayait de se faire une retraite la plus complète possible. C'est à dire 34 ans de service. Car on perdait son poste, surtout en allemand, parfois en fin de carrière. Et ce ne sont pas six mois ou un an d'esclavage, mais ce rythme a duré pendant quatre années d'affilée. Et on arrive usé à la retraite, dont on avait espéré de beaux voyages dans le monde, et on n'a plus la santé pour les faire. 

Vous me direz qu'on a beaucoup voyagé pendant nos vacances, forcément, on était prof d'allemand, et il fallait aller en Allemagne ou en Autriche pratiquer l'allemand, c'était notre devoir de prof d'allemand, et on le faisait, quand on était jeunes, même avec la tente dans les campings, - les autres formes d'hébergement étant un peu chères -  ce qui nous a permis de bien connaître "les pays de langue allemande", c'était notre devoir de prof d'allemand, un devoir que n'ont pas les profs de matières scientifiques par exemple, qui sont payés autant que les profs de langue qui, eux, emploient une partie de leur paye à séjourner dans les pays de la langue qu'ils enseignent - il faudrait des subventions pour cela. 

Parfois pour avoir des élèves dans notre langue, on organise aussi des jumelages, de voyages qui nous prennent des Week-ends, sans contrepartie financière; Même des vacances quand on est sollicité pour les jumelages entre villes...le tout bénévolement. 

Est-ce que le bénévolat aussi ne serait pas une forme d'esclavage…???

domino

 

 

Sus au Grand-Est et au Bas-Rhin!

Mes amies Doofie et Dummie prennent leur café. Elle viennent de découvrir sur leur compte en banque un retrait du Grand Est Bas-Rhin (DIRFIP, cela veut dire direction des finances publiques paraît-il). Or, elles n'ont jamais habité dans le Grand-Est et n'en sont pas originaires. 

Dummie : J'ai téléphoné à ma banque, il s'agit de la neuvième somme de retrait mensuel des impôts (qui est moins élevé que les mois précédents, puisque nos revenus ont baissé par rapport à l'année précédente), en effet l'année précédente on payait encore sur 2026 où on avait encore travaillé sur nos 65 ans). 

Doofie : Oui, je sais qu'on est en retrait mensuel, mais pourquoi on paie nos impôts au Grand-Est, alors qu'on n'a absolument rien à voir avec cette région. 

Dummie : Oui, ce n'est pas normal. Nous allons enrichir le Grand-Est avec nos retraites qui viennent de notre région, surtout celle de Schnelly qui n'a même pas de retraite de fonctionnaire. 

Doofie : Ils vont se payer avec nos sous un tas de belles choses, des belles routes et autoroutes..

Dummie : Surtout qu'avec leurs montagnes, ils renforcent leurs ponts et viaducs et c'est chez nous que les ponts vont s'écrouler. 

Doofie : Regarde, pour le pont sur la rivière avec le village voisin, pont qu'on a refait, nos municipalités n'avaient même pas assez d'argent pour payer d'un pont à deux voix, apparemment on a réparé et renforcé l'ancien pont qu'on a enlevé et remis avec une nouvelle peinture des montants en fer...

Dummie : On n'a même pas de quoi se payer un pont à deux voies, c'étaient surtout les trottoirs du pont qui étaient scabreux, une fois j'ai faili mette mon pied dedans et mon pied a failli toucher l'eau qui était en dessous du pont...

Doofie : Mais tu aurais pu tomber dans le trou..et atterrir dans la rivière...

Dummie : Oh, je sais nager, tu sais… Mais de toute façon comme j'ai de l'embonpoint, je serai restée coincée à mi- hauteur dans le trou du pont, si je n'avais pas vu le trou. 

Doofie : Bon, on n'a pas de quoi se payer un pont à deux voies et on doit payer des impôts au Grand-Est!!!!

Dummie : Au Bas-Rhin, à Strasbourg en plus… La moindre des choses aurait été qu'avec tout l'argent qu'il raflent à notre région, ils nous envoie une lettre pour nous prévenir du changement de nom de l'organisme qui prélève nos impôts, avant c'était Direction Générale des Impôts. 

Doofie : Non, ce n'est pas normal du tout que des ressortissants de notre région, nés dans notre région, et  ayant toujours travaillé dans notre région, paient des impôts dans une autre région...

Dummie : Alors, je sais ce que l'on va faire, notre région va déclarer la guerre au Grand Est : guérilla, on lève une armée, on passe par la Belgique et l'Allemagne d'une part (il parait que des belges ont été prélevés par le Grand Est), et on traverse la région intermédiaire d'autre part, et on encercle le Grand-Est, en plus on leur fait un embargo : plus de Maroilles, plus de Vieux Lille, plus de nos pommes de terre dans le grand-Est. On cesse toute exportation vers le Grand Est. 

Doofie : Tu sais, j'ai une grand-mère alsacienne, je vais devoir faire la guerre à mes cousins généalogiques...

Dummie : Qu'à cela ne tienne, pendant la grande guerre, mon grand-oncle alsacien s'est battu contre mon grand-père français. Peut-être que c'est lui qui l'a tué!

Doofie : Et en plus, le père de ton grand-père français était belge, on vengera ton grand-père français, sus à l'Alsace et à la Lorraine qui volent nos sous!!!

Dummie : En plus, les alsaciens sont riches, pourquoi on leur donne de l'argent…????

Pour Doofie et Dummie, domino

 

Qu'est ce que le Grand Est et la Bas-Rhin viennent faire dans nos retraites????

Bonjour, 

Je vous assure que mon époux et moi-même qui étions professeurs d'allemand, n'avons jamais enseigné dans le Bas-Rhin, ni en Alsace, ni dans le Grand-Est. Cependant, je vois sur nos relevés bancaire un retrait de 324 Euros, fait par la DRFIP du Grand Est avec la mention Impôt Bas-Rhin. 

Or, mis à part quelques séjours touristiques et chez des amis, dans le Haut-Rhin de plus, et non dans le Bas-Rhin, je n'ai pas eu d'activité professionnelle dans cette région et mon mari non plus. 

En effet, nous faisons partie d'une autre province et avons eu notre activité professionnelle et avons travaillé dans une autre province.  Celle où nous sommes nés et toujours dans la même. 

Comme c'est écrit impôt, est-ce que ce sont les impôts à la source qui sont déjà retirés en septembre au lieu d'en janvier 2019. Et si les impôts à la source étaient retirés séparément du paiement de la retraite, ce serait quand même bizarre. Je pensais qu'ils allaient être enlevés de la retraite directement et par l'organisme payeur de ma région et pas par une autre. 

Voilà que je n'ai pas une très forte retraite (800 Euros de moins que mon dernier salaire ce qui fait une baisse de pouvoir d'achat et qu'en plus on m'en enlève encore 324 Euros, sans me prévenir en plus!!!! C'est moi qui prend le courrier tous les jours et nous n'avons par reçu de lettres nous prévenant de ce retrait de 324 Euros. Donc, ayant eu plusieurs collègues ayant fait leurs études à Strasbourg, et ayant peut-être travaillé dans cette région, je me demande s'il ne s'agit pas d'une erreur. 

Nous percevons en effet nos retraites de notre région, après un passage pour moi par le ministère (de la fonction publique?) de Nantes pour les calculs au début de la retraite il y a deux ans, qui a ensuite délégué le paiement à la région dans laquelle j'ai toujours travaille. Quant à mon époux, il dépend d'autres caisses de retraite que celle des fonctionnaires. Car en fait, ayant un compte commun, nous ne savons même pas si cet argent a été enlevé à lui ou à moi. 

En fait, cela ne doit pas être le retrait des impôts à la source, car d'après les informations que nous avons, ce retrait ne commence qu'en janvier 2019 et les impôts seront retirés directement sur les retraites par l'organisme payeur et en plus, ils ne constituent que 8,2 % de nos retraites et donc pas une aussi grosse somme sur le mien (puisqu'il n'y a que moi qui suis payée par la DRFIP et de plus celle d'une autre région que le Grand Est). 

Bizzarre.. bizzarre… 

domino