Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 janvier 2018

Où sont les médecins français?

Du journal de Dummie

Dummie a une amie qui a été récemment hospitalisée (dont on taira le prénom et le nom par secret médical). Elle était dans un petit hôpital public de province. Ville de 36.000 habitants, agglomération de 120 000 habitants. 

Elle a été étonnée de voir le nombre de médecins étrangers qui exerçaient dans cet hôpital qui a une école d'infirmiers, aides-soignants, brancardiers à recrutement local, contrairement au recrutement des médecins. Notons à ce sujet que les titulaires d'une manière générale étaient moins sympathiques que les élèves de cette école : combien de fois l'amie de Dummie n'a-t-elle pas entendu : "Je connais mon métier". Par exemple une aide-soignante titulaire lui a dit ceci alors que la barrière de son lit était tombée et que la perfusion s'était emmélée aux barreaux, ce qu'elle lui a signalé et elle s'est vu répliquer d'un ton sec :"Je connais mon métier. Je suis diplômée". Une fois la barrière remise et l'aide-soignante disparue de sa vue, l'amie de Dummie a versé des larmes secrètes. Ceci en pleine nuit. 

Bon, ce n'est pas de cela que l'on voulait parler... Mais des régions d'origine des personnels. Si les personnels non médecins sont en majorité de la région (quelques uns venaient d'une ville située à 30 km, mais la plupart étaient du cru, soit des autochtones ou des immigrées de la seconde ou troisième génération formées dans les collèges et lycées du coin), la plupart des médecins étaient étrangers et parlaient français avec un fort accent et parfois ne dominaient même pas complètement notre langue. Ils (ou plutôt elles) étaient incomprises des patientes âgées ( habituées à leur accent local ou à au minimum un bon accent français). Les médecins criaient pour se faire entendre croyant que ces patientes étaient sourdes, et les aides-soignantes répétaient en bon français (ou du moins dans un français bien accentué), ce que disaient ces médecins pour être comprises des patientes âgées. Parfois l' amie de Dymmie répétait aussi pour sa voisine de chambre et elle se faisait fusiller du regard, parce que ça ne la regardait pas. 

Même l'amie de Dummie a dû faire répéter la dernière femme médecin qui lui a parlé avant sa sortie à cause du français aléatoire de cette femme médecin. Pourtant  l'amie de Dummie qui a été prof de langue vivante est très habituée aux accents étrangers et aux phrases maladroites des correspondants de ses élèves. 

Ceux qui parmi les médecins étrangers prononcent bien ont quand même généralement un vocabulaire assez pauvre limité à leur spécialité et n'arrivent pas à tout expliquer. 

Alors pourquoi y-a-t-il si peu de médecins du cru dans cet hôpital de province et pourquoi n'y rencontre-t-on presque aucun de nos anciens élèves issu des classes scientifiques des lycées locaux??? Pas de retour au pays pour eux après leurs études à grande métropole régionale? Même en libéral, les médecins manquent et on est loin d'être en Creuse ou en Lozère.... On est dans un département très peuplé. 

Nos élèves après avoir quitté le lycée se destinent davantage à l'industrie qui les paie sans doute davantage que la médecine surtout hospitalière. C'est pourquoi il est possible que peu d'entre eux embrassent la profession médicale. Le secteur porteur pour les scientifiques est bien sûr l'informatique, très à la mode, ou alors ils vont dans les secteurs de l'écologie, du développement durable. L'aéronautique et la profession de pilote de ligne ou de chasse attirent aussi beaucoup les meilleurs élèves. 

Sans compter qu'on oriente presque systématiquement les meilleurs élèves des lycées et collèges vers les classes préparatoires aux grandes écoles, et quel élève qui a passé deux ans en classe préparatoire aura-t-il envie de refaire ses première et deuxième années d'enseignement supérieur en médecine, ce serait pour lui une perte de temps dans ses études.  La classe préparatoire scientifique ou littéraire est considérée par les lycées locaux comme la voie royale, mais elles n'ouvrent pas la voie  de la médecine. Donc, il ne faudrait pas orienter à tout crin les meilleurs élèves en classe prépa.

( Notons pour ceux qui ne savent pas que les classes prépa sont deux années préparatoires aux concours d'entrée dans les grandes écoles comme l'ecole des Mines école scientifique et industrielle), l'ENA (école nationale d'administration), ou Normale Sup pour préparer l'agrégation des professeurs par la voie royale. 

-  Qui vient de me mettre un espace minuscule pour taper mon message à l'aveuglette, alors que sur mon navigateur après vérification, les autres sites sont en taille normale? Encore un espion qui n'apprécie pas ce que j'écris, parce qu'il n'a rien compris.... pas parce que j'écris mal, mais parce que son esprit est trop obtus. -

Bon ceci dit et troisième volet de cette note, pourquoi y-a-t-il en France, tant de médecins issus de l'Europe de l'Est? Et en particulier de Roumanie? 

Plusieurs raisons à cela? 

1) Les salaires qu'ils peuvent avoir dans leur pays sont dérisoires, ils viennent s'enrichir en France, et parfois retournent ensuite au pays, avec plus d'argent pour eux vivre, comme souvent chez eux la vie est meilleure marché qu'ici. Quand ils n'ont plus d'argent, ils reviennent en France. 

2) Ils s'installent dans les régions où il y a en France pénurie de médecins. Comme dans les départements désertiques : Lozère, Aveyron, Creuse. Une fois qu'ils ont quelques années d'exercice, ils s'orientent vers de plus grandes villes, changent souvent de région, par exemple s'ils ont fait une erreur là où ils se trouvent. 

3) Ils doivent en principe passer un examen de français pour prouver qu'ils peuvent discuter avec leur patientèle. Mais certains parlent encore mal français dans les hôpitaux. 

4) Ils sont recrutés par les hôpitaux de province et des petites villes qui ne trouvent pas de médecins français à recruter, car ceux-ci préfèrent le libéral si possible dans les grandes villes.

Nos anciens élèves qui ont adopté la profession médicale, ne reviennent pas toujours au pays pour exercer, mais s'installent dans les grandes villes, ce qui est dommage pour ceux qui les ont aidé et soutenu dans leur enfance et leur adolescence, leurs parents, voisins, professeurs...

Pourtant, en France, les études de médecine, surtout en facs et universités publiques sont de bonnes études, longues, avec de nombreux stages. C'est peut-être en France que l'on a l'un des meilleurs systèmes de santé, et avec l'Allemagne, la Belgique...  les meilleures études de médecine. Et on se demande quelle est la qualité des diplômes de ces médecins de pays assez pauvres à l'Est. Je pense que la République Tchèque par exemple est bien lotie sur le plan de la santé, mais je ne sais pas pourquoi  tous ces médecins roumains arrivent chez nous. 

En Allemagne, il faut avoir d'excellentes notes à l'Abitur pour entreprendre des études de médecine, à cause du numerus clausus et avoir fait son "grosses Latein" (le "grand latin" qui permet de comprendre mieux les mots de la médecine). Ce sont donc les meilleurs élèves qui dont médecine, alors qu'en France, les meilleurs élèves vont en prépa... vers les métiers de professeurs de lycée ou d'université, ou vers l'administration ou l'industrie.

Ces médecins sont aussi regroupés dans les mêmes services et parlent roumain entre eux, au détriment du patient qui ne peut suivre leurs conversations. 

Bon, l"Europe c'est bien pour les échanges, mais déjà on s'était insurgé ici-même contre le fait que les français avaient du mal à réussir l'agrégation d'allemand littéralement squattée par les allemandes et les autrichiennes qui font certaines années 50% des lauréats et lauréates, ce qui a empêché mes Dummie et Doofie, bien francophones,  d'âtre agrégées. Et maintenant, on se demande pourquoi nos chers premiers de classes ne sont pas médecins ici chez nous, dans un vieux bassin industriel jouxté par les forêts et la campagne, et que l'on soit obligé de recruter nos médecins à 2500 km d'ici...???

Pour Dummie et son amie qui vient de sortir de "l'hôpital franco-roumain..."

domino

 

 

jeudi, 09 novembre 2017

3 Euros 60

Bonjour, 

 

3 Euros 60 c'était le prix d'un repas dans un collège où j'ai mangé à la cantine il y a quatre ou cinq ans.... 

Il y a quelques semaines, je reçois un mot de ce collège me disant qu'il restait un repas sur la carte de cantine que je leur ai rendu... il y a quatre ou cinq ans...

Vérification des comptes dans ce collège ou pas... il y avait 3 euros 60 de trop sur leur compte, alors... quatre ans après, on veut me rembourser mes trois euros soixante et on m'écrit une lettre, me demandant un relevé d'identité bancaire pour ce remboursement qui ne peut se faire que par virement..

Le plus drôle de l'histoire, c'est que pour envoyer ce RIB, j'ai dû dépenser un timbre de 0,80 Euros!!!

3 Euros 60 moins 80 centimes, cela fait.... 2 Euros 80 qui me seront réellement remboursés. Les bons comptes font les bons amis... Mais dans cet histoire-là, si j'ai été lésée de 80 centimes, le collège lui rentre dans ses comptes et la gestionnaire ne pourra pas être attaquée par l'inspecteur des comptes des collèges...

Qui plus est... Durant toute la partie de ma période de TZR où j'étais rattachée dans le collège qui est à environ 10 à  15 km de là, c'est à dire pendant les dix dernières années  de ma carrière, je n'ai jamais eu mes frais de déplacement entre le collège de rattachement et le collège d'exercice ni les frais de déplacement entre des établissements où je travaillais simultanément dans deux villes différentes. Dans ce statut de TZR, par rapport à mes collègues qui avaient leurs frais de déplacement, j'ai été largement roulée. On me rembourse certes les 3 Euros 60 moins 80 centimes de timbre, qui restaient sur l'une de mes cartes de cantine, une somme que j'avais largement oubliée.... et que je n'aurais jamais réclamée, mais les grosses sommes que l'on me devait : nenni!

De plus, les rappels année courante (pour la dernière année d'exercice) ou années antérieures arrivent par la caisse de retraite et celle-ci défalque une somme sur la somme que l'on me doit (pour frais de gestion?). Les rappels années antérieuers ce sont des sommes qui ne vous ont pas été payées en temps et en heure. Si on vous les paie une fois retraité, vous êtes perdant sur la somme si la caisse de retraite enlève ces frais de gestion qui étaient dans ce cas de 100 Euros environ sur une somme due de plus de 1200 euros, je n'ai obtenu que 1100 Euros  (indemnité pour augmentation du coût de la vie la dernière année d'exercice). 

domino

Discussion (entre personnes qui n'ont rien compris)

Une femme 1 : Tu as vu, elle devait 3 euros 60 au collège et elle se plaint de ne devoir payer que deux euros 80. 

Une femme 2 : Ah...!

Une femme 1 : Oui, en plus, le pire, c'est qu'elle avait oublié qu'elle devait le leur payer. Tu te rends compte, ça mérite un blâme..

Une femme 2 : Tu es sûre, moi je crois que c'est eux qui lui devait l'argent...enfin.. je ne comprends pas bien, elle a dû leur fournir un RIB sans autorisation de prélèvement, donc, ils ne peuvent pas lui retirer l'argent, c'est de l'argent qu'ils lui doivent... 

Une femme 1 : Ah.. Tu crois vraiment, mais elle fait mal ses comptes elle-même si elle ne savait pas qu'ils lui devaient de l'argent... C'est quand même une négligence..

Une prof : Oui, mais à part la partie fixe du salaire, pour tout ce qui est déplacements, copies d'examen, oraux, etc.. on ne sait jamais combien ils nous doivent... 

Comment cela se fait-il?

Bonjour, 

C'est vraiment bizarre, hier, mon ordinateur ne fonctionnait plus bien, j'avais un tas de pilotes en panne dont le sacro-saint pilote de la carte réseau d'internet. Désespoir. J'ai essayé 50 fois la réparation. Cela ne revenait plus... Mon ordinateur a redémarré plusieurs fois. Et aujourd'hui : Aucun problème, il fonctionne comme ci rien ne s'était passé, et internet aussi. Vous y comprenez quelque chose, vous? 

Cordialement. 

Dominique. 

PS : Il paraît qu'il y avait seulement une panne d'internet sur toute ma région...

jeudi, 02 novembre 2017

YOU TUBE TROP LONG

Bonjour, 

Il y a cinq ou six ans, il fallait entre 5 minutes et 15 minutes pour publier une vidéo sur You Tube. Actuellement, la durée varie entre une heure pour une vidéo qui dure 2 minutes et 6 heures pour une vidéo de 5 minutes. Si vous envoyez votre vidéo )à 21 heures, il faudra attendre à côté de votre ordinateur et veiller la nuit, parce que votre ordinateur a la fâcheuse idée de se mettre en veille au bout d e5 minutes si vous n'y touchez pas, jusqu'à 3 heures du matin. Une vidéo envoyée il y a trois heures, affiche 60% temps restant : 3 heures.... C'est désespérant, de quoi mettre en bas les presque 500 000 vues obtenues depuis 10 ans et les 500 vidéos publiées, tellement c'est énervant de ne pas pouvoir aller dormir surtout quand on est malade comme un chien!!!

domino 

dimanche, 17 septembre 2017

Schnelly parle de trop

Roman-théâtre

(Doofie, ma personnage de roman-théâtre, a toujours trouvé que Schnelly parlait trop d'elle, ce qui embête Doofie, c'est le smartphone de Schnelly qu'elle n'a pas le droit de lire.)

En effet, Doofie ne savait pas qu'elle n'avait pas le droit de lire le smartphone de son époux et quand elle lui demandait de le lire de temps en temps (il a accepté il y a deux ans, mais depuis un an, elle n'a pu rien y lire), elle a vu qu'il échangeait sur les matchs de foot avec un ancien collègue, mais ça avait l'air plutôt de barber le collègue qui répondait évasivement - il n'est pas retraité, le pauvre -. Elle a découvert qu'il échangeait sur le foot avec deux de ses anciennes élèves en leur envoyant des "Gros bisous", qu'il écrivait aussi à quelques personnes de sa famille. 

A la fin de sa carrière, il travaillait dans deux établissements durant les dernières années, et il a gardé par smartphone une bonne amie collègue dans chacun de ses établissements, plus une ancienne collègue allemande d'échange scolaire qui lui envoie des cartes postales à son prénom, avec la mention "Bonjour à ton épouse", ce que Doofie trouve un peu cavalier, au lieu d'écrire "Cher Schnelly", elle pourrait écrire "Chers Schnelly et Doofie"... Par le passé, quand j'avais un collègue allemand marié dans un jumelage et que je connaissais sa femme, j'ai toujours écrit, pour les courriers d'amitié, aux deux personnes. 

En plus, ces collègues du smartphone, elles écrivent "Bonjour Schnelly" racontent leur vie et la vie de leurs enfants (elles ont naturellement des filles adolescentes que Schnelly connaît aussi), et elles demandent "Comment va ton épouse" pour celle qui connaît son existence, et l'autre, divorcée, qui ne connaît même pas l'existence de sa femme ne lui demande même pas). Quand il répond à l'une de ces collègues qui lui demande "Comment va ta femme?" il raconte par le détail tous les symptômes de son moindre rhume...et s'étalent en long et en large sur la santé de Doofie, comme jadis, il s'étalait en long et en large sur la santé de sa mère, dans les années 70 et sa mère est décédée en 2002, elle a encore vécu 30 ans après que Schnelly avait dit à Doofie qu'il était très inquiet pour sa mère, alors espérons que Doofie vivra encore 30 ans. 

D'ailleurs, vous connaissez la meilleure, en 1970, Schnelly disait que sa mère allait mourir et en 1972, c'est la mère de Doofie qui jusque là était en pleine forme qui a failli mourir, mais elle a été sauvée in extremis et elle a encore vécu presque 36 ans de plus... sans gros problème pendant 30 ans...

Bon, maintenant, il dit "Doofie-ci, Doofie-là", mais Doofie vivra comme leurs deux mères encore 30 ans... souhaitons-le lui... et son auteure domino aussi..elle a un époux du même genre que Schnelly, et le roman exagère à peine. Ah ce Schnelly, je vous dis pas, heureusement que vous en vous êtes par mariée avec lui...

domino

 

Une sale nouvelle coutume

Roman-théâtre

Vous savez que Doofie, ma personnage de roman-théâtre, mariée à Schnelly et amie de toujours de sa cousine éloignée Dummie cherche parfois ses livres pendant des heures...

Doofie vient de comprendre en lisant un article sur les new-yorkais. 

Il parait qu'il existe à New-York, une coutume qui consiste à se débarrasser des livres que l'on n'aime plus, en les mettant au bord de la rue ou sur son appui de fenêtre, de façon à ce que les autres gens puissent se servir. Un auteur se vantant d'ailleurs de ne jamais être dans les livres mis ainsi sur les trottoirs...

Encore faut-il une chose :

1) Que vous n'habitiez pas dans une région pluvieuse, où les livres risquent d'être dégradés en moins de temps qu'il en faut pour le dire. 

2) Que les livres vous appartiennent vraiment à vous tout seul et pas à un autre membre de votre famille qui habite sous votre toit ou est parti pour quelques jours à un stage, ou travailler à l'extérieur. 

Doofie ne trouve en effet plus nombre de livres ou de partitions ou de revues qui lui sont chères...

Seulement, voilà, elle a déjà retrouvé chez elle, dans les affaires de Schnelly, des livres et revues regroupés dans des petits sachets en plastique et bien choisis, généralement, des revues que Doofie n'a pas fini de lire et qu'elle aime bien, des livres qu'elle n'a parfois même pas lu. 

Seulement apparemment, Schnelly a l'habitude de prendre les livres que Doofie a annoté pour ses études et lu entièrement. Elle cherche actuellement un livre qu'elle a lu entièrement et annoté il y a deux ans, mais elle ne le trouve plus, elle va sans doute devoir racheter le même et s'il a augmenté, cela sera une perte financière pour elle. Même si ce n'est que de quelques centimes d'euros, sans compter le temps qu'il lui faudra pour se procurer de nouveau le livre. 

Comment elle a découvert le petit manège de Schnelly? Grâce à la "Vue sur la rue" de "Gogol cartes". 

Dans la première vue faite de sa rue, elle a vu qu'un sachet rayé bleu et blanc, d'un supermarché était posé au bas de son escalier extérieur, elle s'est dit : Peut-être que je n'avais plus de sachet poubelle pour les déchets verts et que j'ai mis l'herbe coupée dans ce sachet... mais cela l'a intrigué. Est-ce que Schnelly avait mis là un sachet qu'il destinait à une autre personne? 

Dans la deuxième mouture faire de la vue de sa rue, il y a un autre sachet du même genre, on n'arrive plus à rapprocher assez le zoom pour voir de quel sachet il s'agit exactement, mais ce n'est certainement pas un sachet de déchets verts. 

Il n'y a pas eu de nouvelle mouture de "La vue de ma rue" depuis. Car actuellement, Doofie laisse les poubelles devant et elle les gère elle-même tant que faire se peut (elle peut vérifier juste quand elle est à la maison le jour où passe les poubelles); avant elle les laissait à la cave, mais ne voyait pas ce qu'il y mettait et de plus elle ne pouvait pas les gérer elle-même car le chemin pour aller aux poubelles interne à la maison est plus long par la cave et le garage que de descendre juste l'escalier devant et avec ses jambes vieillies elle a du mal à descendre souvent au garage par la cave. Le sachet qui est actuellement devant est un sachet "déchets verts" (restes d'herbes et de branchages du jardin" en train de se remplir, et pas un sachet plein de livres et de revues...) Les vérifications plus fréquentes que fait Doofie de l'environnement de la maison depuis qu'elle est retraitée, font que peut-être ses livres adorés et ses livre d'étude disparaissent moins vite. 

La moindre des choses quand on est marié et que l'on veut donner quelque chose est de demander à l'autre époux s'il veut le garder ou non, mais prendre ses livres derrière son dos, sous prétexte qu'il les a lu ou étudié entièrement, c'est vraiment lamentable!!!!!

Cette coutume ne peut exister que pour les célibataires endurcis qui vivent seuls et ont toujours achetés leurs livres seuls. 

Un jour Doofie a remarqué autre chose : Au lieu de ramener les courses par la porte de devant, Schnelly passait par le garage; un jour Doofie l'a attendu derrière le garage, il avait laissé l'un de ses sacs sur le trottoir derrière lui en amenant ses deux autres sacs vers le garage et elle a vu une voiture passer à tout vitesse, une personne ouvrir la portière et prendre un sac qui traînait sur la trottoir. Elle lui a dit : "Mais il n'y avait pas encore un sac, là, sur el trottoir et il a dit : Non, il n'y avait plus de sac là-haut..." Est-ce qu'il donnait une partie des courses qu'il faisait en partie avec l'argent que je gagnais puisque nous avons un compte commun ????

Doofie  vient de lui avoir dit ce qu'elle pensait de cette sale couture qui consiste à voler votre épouse pour faire plaisir aux autres, et il s'est mis encore dans tous ses états : "Je ne fais jamais cela!! Ce que tu dis n'est pas vrai!"

Mais en fait, Doofie lui a répliqué qu'il ne le fait peut-être plus maintenant, mais qu'il l'a peut-être fait avant. S'il l'a fait, il y a deux ans.. ce livre qu'elle avait lu entièrement il y a deux ans et qu'elle voudrait relire : il a peut-être été donné à la rue à ce moment-là!!!???

Personnellement, Doofie n'a jamais mis les livres de Schnelly à la rue... même les vieux chaussons tout pourris qu'elle voulait jeter, elle le lui a demandé et comme il a dit qu'il voulait les garder, elle les a gardé. En fait, il garde ses vieux chaussons usés, mais il met à la rue les livres de Doofie, ou ses pelotes de laine, ou son matériel (quatre paires de ciseaux disparues - plus que quatre et non plus cinq, car l'une d'entre elle est revenue!!!), ses stylos..; et il y a deux ans il avait le don de trouver dans la fac des lunettes aux montures usées ou fondues et de lui demander si ce n'était pas ses lunettes à elle, alors qu'il connaît très bien les lunettes-loupe qu'il lui achète pour la lecture confortable de près et que celles qu'il lui montrait avaient des verres complètement brouillés. Elle s'est demandé comment il pouvait trouver toutes ces paires de lunettes sur des appuis de fenêtre. 

Actuellement, après avoir annoncé qu'elle allait continuer le ménage dans la cave et dans le garage, elle ne trouve plus ses gants fins pour travaux sales, c'est à dire du nettoyage dans les recoins sombres. Mais quand elle s'en servait (ils sont comme les gants de docteur, mais jaunes au lieu d'être vert), elle a vu des gants de chirurgien vert au milieu d'un couloir de la fac, par terre. 

domino

.....

Doofie : Et puis, si vous lisez le blog de mon auteur domino, si vous savez qui sait, taisez-vous et ne le dites pas à d'autres (vous pouvez aussi vous tromper sur l'auteur réel), et arrêtes si vous êtes une secrétaire de fac ou un professeur de fac de parler de domino  en disant "Ah oui, celle-là, elle écrit comme cela, alors qu'elle a eu une mention au bac.. parce que domino déteste qu'on parlé d'elle en disant "Celle-là..." ou en la désignant si vous êtes un jeune par "Cette meuf..." alors qu'elle a passé la soixantaine maintenant depuis un moment... ou en disant comme mes ex-élèves "La femme..." (dites à la rigueur Madame ou la Dame...), ou bien de dire à propos de ce que l'on écrit dans les blogs ou de ce que l'on publie sur sa chaîne vidéo "Ils ont écrit ça..." "Ils ont fait cette vidéo-là", quand domino fait le travail toute seule... c'est une personne qui existe. Et pas un ensemble de personne indéterminé... Ni une meuf ou une femme indéterminée, comme ils disent "T'as nin vu, l'femme là-bas?" (enfin, si on la montre, elle n'est pas indéterminée, mais pour ceux qui la montrent c'est comme un objet impersonnel), ni celle-là, quand on parle d'une étudiante parmi d'autres... Et si domino a la soixantaine, attention, quelque soit son état de santé, elle souhaite vivre encore très longtemps, pour écrire, jouer de la musique, lire, étudier, etc..; et rattraper ce qu'elle n'a pas eu le temps de faire pendant sa carrière et si un jour elle va mieux : voyager de par le monde comme avait fait sa mère jusqu'à l'âge de 80 ans. 

Pour Doofie 

 

domino

......